5 clés précieuses pour améliorer votre état mental

Le début d’une nouvelle année est un bon moment pour prendre de nouvelles orientations et pourquoi pas décider de prendre soin de vous.

Etes-vous dans l’état d’esprit idéal, le plus propice à ces changements ? Peut-être étiez-vous bien parti(e) les premières semaines, mais maintenant vous vous sentez démotivé(e). Il se peut que vous vous sentiez inadéquat(e), déçu(e) ou découragé(e). Ou vous ressentez peut-être de la tristesse ou du chagrin, ce qui vous empêche d’avancer avec vos intentions.

Je vous offre aujourd’hui 5 clés précieuses qui vont vous aider.

C’est une nouvelle année, et vous avez probablement déjà été bombardé(e) d’informations sur la façon d’envisager votre décennie idéale, de créer des objectifs, de respecter les résolutions, de perdre du poids, d’être plus heureux et tout et tout.

Cela devient écrasant, non?

Cette surcharge d’informations, cette injonction, peut vous paralyser au lieu de vous motiver. Par où diable commencer ?

Lorsque vous planifiez votre journée, votre année ou votre décennie, changez de mentalité pour déterminer ce que vous voulez accomplir.
Imaginez plutôt ce que vous voulez ressentir. Une fois que vous avez identifié les sentiments, les émotions que vous désirez, vous pouvez travailler à créer des objectifs qui vous aideront à atteindre cet état.

Mais ressentir à l’avance de la joie à la pensée que tel changement s’est manifesté dans votre quotidien ne suffit pas.

Que se passe-t-il lorsque vous avez ces objectifs et intentions inspirés par les sentiments, mais que vous êtes coincé ?

Lorsque vous remarquez que votre état mental et émotionnel vous fait dérailler par rapport au cours que vous souhaitez, vous pouvez utiliser les outils suivants pour vous remettre sur la bonne voie.

  1. Soyez présent à vos souffrances

Cela semble contre-intuitif. Si vous essayez de sortir de votre état mental, pourquoi resteriez-vous présent avec lui? C’est la nature humaine d’essayer d’éviter la douleur. Vous ne saisiriez pas une bûche brûlante dans votre cheminée, ne frapperiez pas vos doigts avec un marteau. Si vous le faisiez, vous ressentiriez une douleur intense.

Mais cette douleur sert un but précieux; elle vous protège. Dans les exemples ci-dessus, vous perdriez votre peau, vous casseriez vos doigts si vous ne ressentiez pas de douleur.

Mais qu’en est-il de la douleur mentale ? Que faites-vous lorsque vous ressentez la douleur de la solitude, du chagrin, du manque ? L’évitez-vous à tout prix comme vous évitez de toucher une poêle chaude ? Peut-être vous étourdissez-vous en divagant dans les réseaux sociaux sans réfléchir ou en buvant un grand verre de vin.

Ou utilisez-vous une méthode courante pour gérer la douleur émotionnelle en prétendant qu’elle n’existe pas, en la niant ?

Si cela vous ressemble, vous n’êtes pas seul. La société fait un excellent travail en nous apprenant tous à masquer la souffrance intérieure. Portez-vous ce masque sociétal ?

Au lieu d’essayer de vous débarrasser de votre souffrance ou de la couvrir avec un masque, être présent à elle peut être une pratique utile et transformatrice. Considérez cette citation attribuée au psychologue Carl Gustav Jung : « Ce à quoi vous résistez non seulement persiste mais grandit. » Si vous résistez à la souffrance, vous ne pourrez pas y faire face et passer de l’autre côté.

Que signifie être présent à votre souffrance ? Lorsque vous ressentez du chagrin, de la tristesse, de l’anxiété, de la douleur ou de la peur, voyez si vous pouvez appliquer la pleine conscience. Qu’est-ce que ça veut dire ? Essayez d’observer ces sentiments avec curiosité et sans jugement. Remarquez où vous ressentez la douleur dans votre corps et ce que vous ressentez. Remarquez également les pensées et les émotions qui accompagnent la douleur.

Pouvez-vous observer la sensation, vos pensées et vos émotions comme si vous étiez un scientifique observant une expérimentation ? Si vous pouvez être présent à  votre souffrance, vous pourrez y faire face avec l’amour et la compassion dont elle a besoin et qu’elle mérite.

  1. Liez-vous d’amitié avec votre critique intérieur

En parlant de pleine conscience, avez-vous déjà fait attention à la petite voix dans votre tête ?

Comme quand vous restez présent à votre souffrance, que se passe-t-il si vous prenez conscience de cette voix critique au lieu de la faire taire ? Il y a de fortes chances que ce critique intérieur fasse de son mieux pour vous aider à développer votre estime de soi.

Entrainez-vous à traiter votre critique intérieur comme si c’était votre ami. Vous en retirez beaucoup d’informations sur vous-même.

Votre critique intérieur vous compare-t-il à d’autres, vous insulte-t-il ? Donnez-lui un nom et vous créerez ainsi une séparation entre lui et vous !

Soyez créatif, amusez-vous pour le baptiser !

Cultivez avec lui une conversation valorisante.

  1. Accordez-vous une pause (d’auto-compassion)

La société, l’éducation vous formatent à être gentil(le) avec les autres, mais on ne vous apprend pas souvent à être gentil(le) avec vous-même.

La chercheuse en auto-compassion Kristin Neff, Ph.D. a développé la pause d’auto-compassion :

– Apportez de la conscience à votre état mental et à ce que vous ressentez. Remarquez, sans jugement, où vous ressentez l’émotion dans le corps, ce que vous ressentez et quels genres de pensées vous animent.

– Pensez que vous n’êtes pas seul. Beaucoup d’autres personnes sur cette planète ressentent ce que vous ressentez. Cette idée, connue sous le nom d’humanité ordinaire, vous aide à réaliser que votre souffrance ne vous isole pas des autres mais vous fait plutôt appartenir à l’équipe humaine.

– Apportez-vous de la gentillesse. Vous pouvez vous donner le type d’encouragement que vous offririez à un ami, comme « Ça ira » ou «Allez, t’en fais pas ». Vous pouvez également essayer de vous apaiser en vous tenant la main, en vous serrant dans vos bras, ou en prenant doucement votre visage dans vos mains.

Lorsque vous prenez même un bref moment pour vous occuper de ce qui vous dérange avec gentillesse et douceur, vous pourrez continuer et changer votre état d’esprit plus rapidement.

  1. Bougez !

Que se passe-t-il lorsque vous entendez votre chanson préférée et que vous ne pouvez pas vous empêcher de taper du pied ? Peut-être ressentez-vous l’envie de vous lever et de danser. Votre humeur change-t-elle ?

La psychologue sociale et auteure Kelly McGonigal, Ph.D. aborde cette question dans son livre La joie du mouvement : comment l’exercice nous aide à trouver le bonheur, l’espoir, la connexion et le courage. Elle décrit des recherches montrant que bouger votre corps peut vous donner le coup de pouce dont vous avez besoin pour mener une vie plus saine et plus connectée.

Bouger votre corps est l’expression naturelle de la vie, du plaisir de vivre.

Et si vous bougez en collectif, dans un groupe de danse, de yoga, vous bénéficiez de l’effervescence collective, ainsi nommée en 1912 par le sociologue français Emile Durkheim. Kelly McGonigal écrit que selon Durkheim, il y a « une auto-transcendance euphorique que les individus ressentent lorsqu’ils se déplacent ensemble dans le rituel, la prière ou le travail ». Le mouvement synchronisé crée un sentiment de connexion puissant, et c’est un sentiment que les humains recherchent.

Si vous n’aimez pas les cours collectifs, une simple promenade autour de chez vous peut vous aider à sortir d’un état indésirable. Concentrez-vous sur la recherche d’une forme d’activité physique que vous aimez et commencez à prendre soin de votre bien-être émotionnel.

  1. Tendez la main

Essayez de tendre la main à vos amis, collègues, membres de la famille et voisins. Maintenir des liens sociaux positifs, c’est améliorer votre santé mentale.

Avez-vous essayé de cultiver des relations avec les gens qui vivent près de chez vous ? Les voisins peuvent être une source importante de réconfort et de joie.

Bien sûr, vous ne devez pas compter uniquement sur les voisins pour vous aider à changer votre état mental. Vous pouvez vous connecter facilement à vos amis et à votre famille grâce à vos appareils mobiles, mais les rencontrer « en vrai » est beaucoup plus puissant.

Lorsque vous avez besoin d’un changement d’état mental, résistez à l’envie de parcourir les réseaux sociaux. Appelez plutôt quelqu’un. Associez cet appel téléphonique à une promenade dans le quartier et remarquez ce qui arrive à votre état d’esprit.

Si vous essayez les 5 clés précieuses que je vous offre aujourd’hui et que rien ne semble vous aider à changer votre état mental, rappelez-vous que tout est impermanent, tout passe.

Si vous désirez une transformation intérieure profonde qui se manifeste automatiquement au quotidien, remplissez ce formulaire.

Nous aurons 45 minutes d’entretien où je vous donnerai des clés personnalisées pour résoudre votre problématique du moment.

Ma devise « tout est toujours possible » est aussi une clé précieuse !

 

 

Voici l’audio de cette vidéo :

 

Faites-moi part de vos impressions et pratiques pour garder le moral et un mental au top ! Prenez soin de vous !

Soyez le premier à commenter sur "5 clés précieuses pour améliorer votre état mental"

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.