7 moyens pour arrêter de paniquer à propos du coronavirus

Il est difficile de ne pas être submergé par toute la couverture médiatique du coronavirus et par le confinement des peuples. Si vous éprouvez des niveaux élevés d’anxiété, voici quelques conseils pour soutenir votre santé mentale et émotionnelle.

Autant il est important de rester en bonne santé physiquement, il est également important de rester en bonne santé mentalement – et de ne pas passer en mode panique.

En tant qu’être social, vous êtes conditionné par l’environnement pour répondre aux changements des circonstances quotidiennes. Lorsque ces modifications sont enregistrées comme atypiques et dépassent le seuil «normal», vous pouvez vous inquiéter. Lorsque ces changements ont lieu hors de votre contrôle, vous pouvez devenir anxieux. Lorsque vous sentez des niveaux accrus de changements imprévisibles ou que vous faites face à une menace imminente, vous pouvez paniquer. Il est important de rester en bonne santé physique et de prendre des précautions ; il est tout aussi essentiel de développer de saines habitudes mentales pour soutenir votre santé émotionnelle.

Voici sept façons de ne pas enclencher le bouton panique.

Respirez

Saviez-vous que la respiration et les pensées sont liées ? Lorsque vous vous sentez anxieux et stressé, votre respiration devient superficielle, rapide et se produit à partir du haut de votre poitrine. Diriger consciemment la respiration peut influencer le cerveau pour réduire le nombre de pensées anxieuses et rétablir le bien-être en quelques minutes.

Commencez par respirer profondément par le ventre et relâchez l’air par la bouche pendant 4 à 6 fois. Cet exercice de respiration simple peut attirer l’attention sur votre corps et déclencher une réponse de relaxation rapide.

Fermez votre cinéma intérieur

Votre cinéma intérieur se produit lorsqu’une pensée est connectée à une autre pensée ; elles sont faussement classées dans le cerveau comme des faits. Le mental génère des pensées plus inquiétantes lorsqu’elles sont supposées être des faits. Les pensées sont liées à la mémoire et à l’émotion. Lorsqu’elles sont connectées ensemble, elles deviennent un scénario. Cela peut commencer par quelque chose comme ceci : « La dernière fois que j’ai dîné dans ce restaurant, j’ai eu mal au ventre. Il est possible qu’ils ne soient pas vigilants aux règles d’hygiène. Je dois éviter ce restaurant plus que jamais. »

Ainsi l’évitement du restaurant sera basé sur une peur associée à une mémoire négative. Votre cerveau croit que tout ce à quoi vous pensez est réel, alors ménagez-le en choisissant vos pensées : et oui, c’est possible, avec de l’entraînement !

Prenez conscience des questions qui arrivent de nulle part dans votre tête et vous déstabilisent

Comment me protéger quand je sors faire des courses ? Que faire s’il y a quelqu’un à côté de moi à la caisse du magasin qui tousse ? Est-ce que je change de caisse ? Y aura-t-il assez de nourriture pour tout le monde ? Et si ma déprime s’amplifiait avec l’isolement ?

Ces questions vous semblent familières ? Les questions « à tir rapide » surviennent lorsqu’il ne semble pas y avoir de moyen de contrôler un résultat. Restaurer le sentiment de sécurité physique et émotionnelle devient primordial. Notez simplement que vous posez plusieurs questions simultanément. Le fait de remarquer ce cinéma intérieur vous aidera à prendre du recul, à prendre conscience et à vous sentir à nouveau en sécurité. Ainsi vous donnez l’espace pour permettre à la présence de l’esprit de vous guider. Vous pouvez décider d’appeler les magasins pour vérifier leurs approvisionnements, prendre vos précautions sanitaires, reprendre confiance en demain..

Réduisez le nombre de conversations sur le coronavirus

Tout le monde en parle. Il est naturel de se défouler parce que les humains sont socialisés et vous pensez que parler de vos problèmes vous en libère. Malheureusement, en en parlant vous entretenez, vous faites vivre vos problèmes au lieu de les solutionner.

Lorsque vous êtes entraîné dans une conversation qui peut augmenter votre anxiété face à cette maladie, demandez-vous à quoi sert continuellement d’en parler. Si cela fonctionne pour éduquer, informer ou prendre des mesures de protection, c’est utile. Si ce n’est pas le cas, quelles sont les autres façons proactives d’aider à subvenir à vos besoins et à ceux de l’autre personne ?

Devenez sélectif à propos des nouvelles

Les émissions de nouvelles 24h sur 24, 7 jours sur 7 sont sur-stimulantes. Elles créent un sentiment d’urgence. Les messages « Restez à l’écoute » des médias sont un moyen de signaler que vous restez pour une analyse plus approfondie, des questions-réponses et plus de statistiques qui augmentent l’anxiété.

Une diète médiatique vous fera le plus grand bien et pourra vous aider à « dé-stimuler », calmer votre cerveau.

Commencez à écrire votre journal

Prenez 5 à 10 minutes pour rédiger votre journal en toute conscience. En quelques minutes, vous remarquerez que votre tête commence à se calmer.

Notez simplement le tourbillon de pensées qui vous traverse l’esprit et entourez uniquement celles qui sont des faits. Maintenant, mettez en surbrillance celles qui sont simplement des pensées ou des intrigues, votre cinéma intérieur. L’acte d’écrire décharge souvent l’émotion refoulée et permet une libération d’énergie.

Prenez le temps de méditer

La méditation est la clé de la « dé-stimulation » du cerveau et du repos du corps. Cette pratique vous permet de contourner les pensées, de déclencher une guérison rapide et de vous glisser dans un lieu d’immobilité. Essentiellement, elle permet à votre cerveau et à votre corps de se reposer et de se recharger en même temps. Avec une méditation régulière, votre cerveau se détourne de la réponse « combat versus fuite » qui se déclenche en période de stress et vous aide à trier les situations avec clarté et facilité. Commencez à réserver un peu de temps chaque jour pour méditer.

Si vous vous sentez dépassé par les nouvelles concernant le coronavirus, recherchez des habitudes qui soutiennent votre bien-être et votre santé. Reconnaissez les stratégies de prévention que vous pourriez déjà avoir mises en place, et commencez à vous autoriser à vous détendre. Vous avez un contrôle total sur vos perspectives émotionnelles, pensée par pensée, instant par instant. Ayez toujours à l’esprit que « Plus nous apprenons à guider nos propres pensées, plus nous détendons notre corps et notre mental ».

 

 

Voici l’audio mp3 de cette vidéo :

 

Si vous voulez aller plus loin, formez-vous avec moi à l’ayurveda en CLIQUANT ICI ! Prenez soin de vous !

Soyez le premier à commenter sur "7 moyens pour arrêter de paniquer à propos du coronavirus"

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.