Energie vitale, où es-tu ?

L'énergie de vie est promordiale.

Selon Wikipedia, L’énergie est définie en physique comme la capacité d’un système à produire un travail, entraînant un mouvement ou produisant par exemple de la lumière, de la chaleur ou de l’électricité. L’énergie vitale désigne un principe fondamental formant et animant l’univers et la vie.

L’énergie vitale, le prana des indiens, le chi des chinois, nous est indispensable. Il nous arrive d’en manquer et pourtant cette énergie est partout. Certaines personnes sont capables de la voir, de la sentir. D’autres, comme les yogis, certains occidentaux, comme l’australienne Jasmuheen, n’ont plus besoin de nourriture solide et se « nourrissent » uniquement d’énergie vitale. Mes propos ne sont pas là pour vous inciter à ne plus manger, mais pour vous montrer la puissance énergétique ambiante et des solutions faciles, à la portée de chacun pour retrouver la pêche, la forme, une vitalité optimale. Le Docteur Deepak Chopra explique que « Fondamentalement, le corps est un champ d’informations, d’intelligence et d’énergie ».

De tout temps, des histoires de personnes ne mangeant pas ou peu ont été relatées.

Ces personnes sont en parfaite santé et montre une énergie considérable. Comment est-ce possible alors que les médias nous rappellent à longueur de journée ce que nous devons manger et en quelle quantité ?

Ainsi, Thérèse Neumann n’aurait absorbé aucun aliment solide ou liquide de 1927 jusqu’en 1962, année de sa mort.

Marthe Robin se serait contentée d’une à deux hosties par semaine de 1928 à sa mort en 1981.

Marc Werner, docteur en chimie, né en 1949, ne mange plus et s’abstient de boire de temps en temps. Scientifique, il a fait l’objet d’observations cliniques en 2004 à Lindenhof et à Prague en 2007. Il a été filmé en continu, et diverses mesures ont été effectuées (pression sanguine, rythme cardiaque et respiratoire, prélèvements quotidiens de sang et d’urine).

Jasmuheen dit vivre de lumière depuis 1993, se nourrir de la force de vie universelle du prana. Je l’ai d’ailleurs rencontré en 2004 en France et l’ai trouvé sereine, rayonnante, rajeunie.

En 2010, le yogi indien Prahlad Jani, octogénaire, faisait la une de journaux en France, cet homme affirmant ne plus manger, ni boire depuis l’âge de 8 ans. Les indiens qui le connaissent sont convaincus de son honnêteté et de son mode de vie. Prahlad Jani a été filmé 24 heures sur 24 pendant quinze jours à l’hôpital d’Ahmedabad, sous la surveillance d’une équipe pluridisciplinaire d’une trentaine de médecins. Pendant ces quinze jours, ce yogi n’a ni mangé ni bu. Il n’a pas uriné et n’est pas allé à la selle. En outre, ses organes paraissaient beaucoup plus jeunes que leur propriétaire ; par exemple, son cerveau présentait un âge de 25 à 30 ans.

Actuellement, le nombre de pratiquants de ce mode de vie augmente et se compte en milliers. Malgré cala, la communauté scientifique nie le processus. Il est vrai qu’en occident, même le jeûne est sujet à polémique.

Il est clair que ce changement d’habitude ne s’opère pas sous la contrainte, mais se fait progressivement. Dans certains cas, la nourriture habituelle n’attire plus, soit les personnes font l’objet d’un appel intérieur vers une autre forme d’existence.

Se défaire des croyances et des conditionnements disant qu’il fait manger pour vivre et rester en bonne santé nécessite un réel courage, une force et une détermination importantes. Ne plus se nourrir est difficile dans nos sociétés occidentales, encore plus en France où manger est culturellement important. Comment résister à la pression sociale et ne pas passer pour un fou en décidant de ne plus consommer de nourritures « ordinaires, habituelles » ?

Les témoignages des personnes ayant opté pour un mode de vie extra ordinaire indiquent que les désagréments de départ (vomissements, fièvres, grande fatigue) laissent place rapidement à un état de bien-être jamais connu auparavant : un corps plus léger, un esprit plus clair, une meilleure endurance physique et mentale, des problèmes de santé qui s’améliorent ou se résorbent, un aspect extérieur rajeuni, entre autres.

Le pranisme est bien sûr moqué par beaucoup, notamment les médias qui accusent de mensonges les personnes qui affirment le pratiquer.

Evidemment, l’industrie agro-alimentaire nous endoctrine quotidiennement et nous persuade de règles alimentaires (qui changent au fil des années) : tant de calories par jour, des protéines animales, des produits laitiers à chaque repas, tant de vitamines, de minéraux et d’eau, etc.

Parallèlement, l’obésité et les maladies se développent de plus en plus.

A chacun de s’observer, de s’écouter et de tester ce que provoque chez lui l’absorption de tel ou tel produit. En adaptant son alimentation à son propre cas, il est déjà possible d’améliorer son bien-être physique et mental et sa santé. Beaucoup d’entre nous se nourrissent d’aliments morts, c’est-à-dire dépourvus de toute énergie vitale ; c’est le cas d’aliments en conserve, cuits depuis des jours, réchauffés au micro-onde, préparations industrielles. Préférez les aliments qui vont vous nourrir d’énergie : fruits et légumes frais, de saison et locaux, par exemple. Préparez vos repas en étant détendu et dans un état d’esprit positif. Je vous ferai prochainement un article plus précisément axé sur l’alimentation.

Ne vous lancez pas seul dans le pranisme, des personnes qui le pratiquent sauront vous aider, vous «initier ». Jasmuheen préconise et accompagne des personnes par ce qu’elle appelle le processus des 21 jours. Selon elle, la capacité de se nourrir de prana est la conséquence naturelle d’un accord entre les quatre corps (physique, émotionnel, mental et spirituel). S’ils sont en harmonie, la vie devient magique et on peut vivre à son potentiel maximum.

En attendant, vous pouvez peut-être vous intéresser davantage à ce que vous consommez,

l’aliment étant le premier médicament de l’homme selon Hippocrate et selon l’Ayurveda, par exemple.

Vous pouvez également apprendre à canaliser et à utiliser les énergies qui sont en vous, en vivant en harmonie avec la nature.

On peut capter les flux d’énergie circulant dans la nature, contrôler son énergie par divers moyens (contrôle du souffle, méditation, mantras, travail sur les chakras et les marmas, entre autres).

Si vous souhaitez avoir une énergie optimale, lutter contre la fatigue ou la déprime, n’hésitez pas à commander l’e-book « Harmonie énergétique, comment retrouver une bonne énergie et vivre en pleine forme tout simplement » en cliquant ici.

Soyez généreux, partagez !

Soyez le premier à commenter sur "Energie vitale, où es-tu ?"

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*