L’audace d’être soi

Sur ce blog, je vais vous faire part à travers mes articles de ce que la vie m’a appris au plan des relations, relation aux autres, relation à soi, bien sûr.

Etre ce que les autres veulent que je sois ; suis-je une éponge ?

Jusqu’à mes trente ans, j’ai vécu, pensé, parlé, agit en voulant plaire à mon entourage. Ce que j’exprimais alors était beaucoup le reflet de mon éducation (parentale, scolaire, universitaire, etc.). Finalement, je reflétais ce que d’autres m’avaient transmis, inculqué. Si je caricature, je dirai presque que j’étais la marionnette, le jouet, le personnage créé, modelé par mes divers éducateurs (parents, professeurs, amis, compagnons, patrons, etc.). Ainsi, telle l’éponge qui absorbe ce qui l’entoure, j’avais passé mes trente premières années à apprendre à me tenir à table (c’est l’idée qui me vient, qui peut paraître simpliste mais pas tant que ça si on y réfléchit !), en société, à apprendre la vie à travers les repères et l’expérience d’autres personnes. Je m’étais inspirée de modèles, de mentors, de maîtres, de gurus (parents, enseignants, artistes, personnalités du monde du spectacle, écrivains, artistes, grands couturiers, etc.) pour me construire, me façonner. J’utilisais même des expressions verbales qui me plaisaient chez les autres et que j’adoptais, par exemple je dis encore souvent : « Je ne t’ai pas vu depuis un milliard d’années ». Cette exagération me plaît et je l’utilise en souvenir de mes jeunes années de fan de Claude François. Au moins, je les avais choisies, c’est déjà ça.

Mais il y a des habitudes, des attitudes qui se sont imprégnées de façon insidieuse, sans mon autorisation. C’est à cette époque que mon frère m’a fait remarquer que certains de mes gestes, de mes postures étaient celles de notre Maman : je ne m’en étais personnellement jamais rendue compte et cette révélation m’a beaucoup fait réfléchir. Heureusement, cette gestuelle était délicate, féminine et j’ai choisi à partir de ce moment-là de la garder. N’avez-vous pas remarqué dans votre entourage un fils qui a la même façon de se tenir ou de parler que son père, par exemple ? Observez et vous me direz. Et vous, qui vous a modelé, façonné tel Pygmalion créant sa Galathée. Je vous ai parlé des imprégnations physiques qui sont facilement repérables. Mais que dire des imprégnations mentales ? Qui a fabriqué votre mental ? De quoi est constitué votre mental ? Quelles sont vos pensées ? Quelles sont vos croyances ? Etes-vous plutôt optimiste ou plutôt pessimiste ? Je pourrai continuer à l’infini la liste de ces questions.

A l’époque de mes trente ans, je travaillais, je faisais du sport, j’avais une vie sociale importante ; ainsi je sortais beaucoup : dîners chez des amis, restaurant, bar, concert, théâtre, etc. A l’époque, je disais que mon appartement ne me servait que la nuit puisque je passais mes journées et mes soirées à l’extérieur, ne rentrant chez moi que pour dormir. J’ai aimé cette vie car j’ai rencontré énormément de gens aux personnalités différentes. Les spectacles, sorties en tout genre me nourrissaient, me divertissaient et m’ont fait réfléchir et avancer. C’était aussi l’époque où je continuais à me construire.

Progressivement, je me suis rendue compte que cette vie, qui était aussi la vie des gens qui m’environnaient et que je croyais formidable, dynamique, épanouissante et riche, ne m’a plus convenu. J’ai fait un constat simple : je me suis rendue compte que je courais tout le temps d’une activité à l’autre et que cette course infernale me lassait. Ce qui m’avait exaltée pendant des années me correspondait-il ? Ou avais-je usurpé la vie de quelqu’un d’autre ?

Est-ce que toutes ces sorties, ces activités, ce remplissage de mon agenda et de mon temps signifiaient quelque chose ?
Etait-ce une fuite ? Etais-je en train de passer à côté de ma vie et de ma vraie personnalité simplement parce que je vivais, pensais, agissais comme les autres personnes que je côtoyais?

Un questionnement s’impose pour trouver comment devenir la personne que je veux être

Il est vrai que mon comportement d’alors était très différent de celui que j’avais jusqu’à mon entrée dans la vie active. Moi qui avais été solitaire, sauvage même, refusant tout lien avec autrui, je m’étais transformée en être social puisque les rares moments que je passais seule avec moi-même étaient lorsque je dormais. M’étais-je oubliée, reniée ? Bref comme vous le comprenez, une remise en question s’est imposée à moi. Je pensais qu’il était temps de me construire la vie qui me convenait davantage. Il me fallait d’abord définir ce que je voulais comme vie et, bien sûr, qui je voulais devenir. Je découvrais alors qu’il me fallait avoir l’audace d’être moi. Facile à dire, mais qui étais-je ?

Pour le découvrir, j’ai cherché à analyser mon comportement d’alors ; j’ai passé davantage de temps seule, chez moi, à l’abri de l’agitation ambiante. De cette façon, l’esprit s’apaise car les pensées sont moins nombreuses. Lorsque nous ralentissons notre rythme de vie, que nous ne courons plus après le temps en enchaînant rendez-vous sur rendez-vous, activité sur activité, l’esprit se tranquillise. Ainsi chaque activité se réalise en temps et en heure dans le calme et la sérénité.

A contrario quand trop de choses occupent nos journées, une foule de pensées et d’émotions s’activent en nous et nous déstabilisent. Vous n’êtes peut-être pas en mesure de ralentir le flux de vos activités car vous vivez avec quelqu’un, avez des enfants, un travail prenant, que sais-je, des parents malades etc., alors un autre moyen pour ralentir le flux de vos pensées peut être la méditation. Ce mot fait peur à certains car ils se disent incapables de méditer ; ils ne comprennent pas ce que méditer veut dire ; certaines personnes m’ont déjà dit : « Mais je ne pourrai jamais arrêter de penser » ; je les rassure toujours en disant que méditer ne signifie pas arrêter de penser. Il y a énormément de techniques de méditation. On peut méditer dans diverses positions aussi, avec les yeux ouverts ou fermés.

le-yoga-lotus-position-isoleePour ma part, je médite assise par terre en position du lotus ou du demi-lotus, le dos bien droit, les yeux ouverts fixant un point. D’autres méditent en regardant un objet, une photo etc. L’essentiel est de focaliser son attention sur une chose c’est-à-dire un objet, un concept, par exemple, de façon à limiter le flux des pensées. Bien sûr, des pensées parasites se formeront. Par exemple, vous penserez qu’il vous faut acheter tel produit. Surtout ne prêtez pas attention à cette pensée. Si vous ne lui accordez pas votre attention, elle partira d’elle-même de votre esprit. Par contre, si vous l’entretenez en ajoutant : « J’irai demain », par exemple, et bien vous aurez plus de mal à vous en débarrasser.

Quand quelqu’un vous importune avec des propos négatifs ou qui ne vous intéressent pas, savez-vous comment faire pour qu’il parte ? Vous donnez votre langue au chat ? Si vous avez une solution, faites-m’en part en faisant un commentaire. Tant que vous lui donnerez la réplique en l’entretenant dans ses dires, cette personne viendra vous parler. Mais à partir du moment où vous ne lui répondrez plus, elle ira raconter ses histoires à une personne qu’elle jugera plus empathique que vous. Il en est de même pour vos pensées. Au-lieu de vous y accrocher, constatez leur présence, mais cessez de les alimenter et elles partiront vite de votre esprit.

J’aime beaucoup prendre l’image du ciel obscurci par les nuages. Observez ce ciel et vous verrez, surtout les jours où il y a du vent, que le ciel change en permanence. Les nuages filent et le ciel se dégage. Le ciel ressemble à votre esprit et les nuages sont vos pensées. Vous ne pourrez jamais vous arrêter de penser, même s’il est vrai qu’avec beaucoup d’entraînement vous parviendrez à constater l’espace existant entre deux pensées. Vous pouvez faire l’expérience de la méditation si vous le souhaitez. Pour ma part, j’affirme être en méditation permanente. Il y a longtemps que je ne m’assieds plus en tailleur pour méditer. Je vis mon quotidien en étant présente à cent pour cent à ce que je fais, dis, pense. Bien sûr pour cela je vis l’instant présent, ce que j’étais incapable de faire quand j’avais trente ans. Je vous donnerai des méthodes pour vivre l’instant présent dans un autre article. Sachez aussi que pour apaiser son mental, le choix de son alimentation a également une influence. La consommation excessive de sucre, par exemple, agite l’esprit.

En tout cas pour avoir l’audace d’être soi, il faut savoir qui l’on est et qui l’on veut devenir car n’oubliez pas que ce que vous êtes aujourd’hui est le résultat de vos pensées, émotions, idées, actions d’hier et la personne que vous serez demain sera le résultat de ce que vous mettez en place dans votre esprit, dans votre vie aujourd’hui. Nous retrouvons la loi des causes et effets bien connue sur laquelle je reviendrai bientôt. En avant-goût, je vous dirai seulement que les mêmes causes produisent les mêmes effets !

Revenons à l’audace d’être soi. Je vous rappelle que je suis scientifique de formation. Aussi une de mes activités favorites est l’observation. Or pour se connaître soi-même, il est important de s’observer. Pas facile d’être l’objet d’observation et l’observateur me direz-vous. Je ne vous mentirai pas et suis d’accord pour dire que ce n’est pas facile, mais le jeu en vaut la chandelle, j’en suis persuadée. J’adore cette image des deux oiseaux sur la branche que l’on trouve dans les Les Yogasutra ; ces textes forment l’enseignement reconnu du yoga. Ils remontent à plusieurs siècle avant Jésus Christ.

Ainsi il suffit de se dire que l’observateur en vous observe vos pensées, vos émotions, les sensations de votre corps, vos paroles (les mots que vous employez), vos actes en permanence. C’est contraignant et fastidieux au début, mais vous verrez qu’au bout d’un certain temps, cela deviendra une habitude. On dit souvent qu’il faut 21 jours pour qu’une habitude s’installe.
Vous observerez, décortiquerez votre façon d’être, de faire. De vos constats, vous repérerez ce qu’il convient de garder et ce qui ne vous convient plus. Ainsi vous pourrez commencer à modeler la personne que vous voulez devenir. Avoir l’audace d’être soi signifie ne pas faire n’importe quoi mais simplement retrouver ce pour quoi nous sommes faits, ce qui nous convient, nous correspond et le vivre pleinement sans craindre de déplaire ou d’être jugé. C’est gagner en liberté.
Alors vivez-vous cette audace d’être vous ? Avez-vous envie d’oser ? Qu’est-ce qui vous empêche d’oser ?

Je souhaite partager avec vous, aussi vous me feriez plaisir en témoignant, en me faisant part de ce que vous vivez. Dites-moi aussi les points soulevés dans cet article que vous souhaitez que je développe.
A bientôt de vous lire !

Soyez généreux, partagez !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*