Les quatre accords toltèques

Il y a des milliers d’années, à travers tout le sud du Mexique les Toltèques étaient connus comme « des femmes et des hommes de connaissances ».
Ils formaient une société qui explorait et préservait la connaissance mutuelle et les pratiques des anciens.
Les maîtres et les apprentis se réunissaient dans une ancienne cité, connue comme le lieu où « l’Homme devient Dieu ».
Au fil des millénaires, les maîtres ont été contraints de dissimuler la sagesse ancestrale et de la préserver dans l’ombre, d’une part, à cause de la conquête par les européens et d’autre part, à cause de dérives de certains membres.
La connaissance ésotérique des Toltèques s’est transmise et incarnée au fil des générations à travers diverses lignées de maîtres.

Cette connaissance toltèque n’est pas une religion, c’est un mode de vie qui se distingue par la facilité d’accès au bonheur et à l’amour qu’elle procure.
C’est un chemin initiatique. C’est la voie de la liberté personnelle. Elle donne des outils pour être un individu libre avec un esprit libre.

Sommes-nous libres ?

La véritable liberté est de pouvoir être libre d’être qui nous sommes vraiment. Sommes-nous libres d’être qui nous sommes véritablement ?
Et si nous ne sommes pas libres alors qui nous empêche d’être libre ?
Beaucoup de personnes diront les autres. Moi je réponds nous-mêmes. Tout ce que l’on croit à propos de soi-même et du monde, tous les concepts, programmes, croyances empêchent d’être libre, d’être vraiment soi. Chacun a ses propres croyances et souvent il ne les a même pas choisies mais il leur donne son accord.
De plus, le risque d’être vivant et d’exprimer qui l’on est vraiment suscite la peur la plus importante. Etre simplement soi-même, voilà ce qu’on redoute le plus.
La plupart des gens ont appris à vivre en s’efforçant de satisfaire les besoins d’autrui, à vivre en fonction du point de vue des autres, de peur de ne pas être accepté et de ne pas être assez bien à leurs yeux. Ils ont créé une image afin d’être toujours comme il faut, et d’être accepté par tout le monde. Résultat, la plupart d’entre nous manquent d’authenticité et portent des masques sociaux. En plus, ces personnes ne sont même pas conscientes de ne pas être libres. Elles ne découvrent jamais que le juge, la victime, entre autres, et leur système de croyances dirige leur esprit et leur vie.
La bonne nouvelle, c’est qu’il existe quatre accords très puissants qui permettent de rompre les autres accords issus de la peur et qui vous vident de votre énergie.
La mauvaise nouvelle est qu’il faut une discipline, une volonté très forte pour adopter ces quatre accords toltèques.

Le premier accord toltèque est « que votre parole soit impeccable ».

La parole est puissante, c’est une force. C’est la capacité à s’exprimer, à communiquer, à penser et donc à créer les événements de la vie.
Etre impeccable, c’est ne rien faire contre soi-même, c’est assumer la responsabilité de ses actions, mais sans se juger, sans se critiquer.
Pour que notre parole soit impeccable, il ne faut pas l’utiliser contre soi ni contre les autres.
Il s’agit de parler juste. C’est utiliser la parole dans le sens de la vérité et de l’amour.
Or, beaucoup ont appris le mensonge comme mode de communication avec les autres et surtout avec eux-mêmes.
Le mauvais usage de la puissance de la parole créer l’enfer. On l’utilise pour médire, pour culpabiliser, pour critiquer, pour détruire. On l’utilise pour répandre du poison personnel, émotionnel, pour exprimer colère, jalousie, envie, haine.
Peu de gens savent que l’impeccabilité de la parole peut conduire à la liberté, au succès, à l’abondance.

Le deuxième accord toltèque est « quoiqu’il arrive, n’en faites pas une affaire personnelle ».

Cet accord rejoint les propos d’Epictète. Il est difficile à intégrer en raison de l’importance que l’on se donne. Beaucoup se donnent de l’importance, se prennent au sérieux tellement leur ego les domine. En plus, ils sont bien robotisés et prennent tout pour eux. Souvent, ces personnes veulent avoir raison. Dès que quelqu’un parle, elles se sentent visées, attaquées. Bref, elles vivent un enfer permanent.
Quel pouvoir immense on donne à l’autre quand on fait une affaire personnelle de ce qu’il dit ou fait.
Peu importe ce que l’autre pense de moi. Ce qu’il pense, ressent est son problème, pas le mien. C’est sa façon de voir le monde avec ses propres références et ses repères qui ne sont pas les miens.
Quand on prend l’habitude de ne jamais faire une affaire personnelle de ce qui arrive, on évite de nombreux problèmes. Colère, jalousie, tristesse, entre autres, disparaissent.


Le troisième accord toltèque est « ne faites pas de suppositions »

Toute la tristesse et les drames auxquels la plupart des gens sont confrontés proviennent de cette habitude de faire des suppositions, de prêter des intentions à autrui.
La plupart des gens ont peur de demander des explications et préfèrent faire des suppositions qu’ils croient vraies.
Il vaut toujours mieux poser des questions, exprimer ses opinions, ses désirs que de faire des suppositions ou de prêter des intentions à autrui.
Le jour où on s’arrête de faire des suppositions, on communique de façon propre et claire, libre de tout poison émotionnel. En ne faisant plus de supposition, la parole devient impeccable.

Le quatrième accord toltèque est « faites toujours de votre mieux ».

C’est l’action juste.
Le mieux sera parfois à un niveau haut et d’autres fois à un niveau moins bon. Il variera selon que l’on est en pleine forme et heureux, ou irrité, en colère ou jaloux.
En tout cas, prendre l’habitude de mettre en pratique ses nouveaux accords améliore notre mieux.
En faisant de son mieux on vit son existence intensément. Lorsque l’on fait toujours de son mieux, on passe à l’action.
Faire de son mieux signifie agir parce qu’on en a envie et non parce qu’on attend une récompense.
La plupart des gens n’agissent que lorsqu’ils espèrent une récompense, ne prennent aucun plaisir à ce qu’ils font. Voilà pourquoi ils ne font pas de leur mieux.
Si on aime ce que l’on fait, si l’on fait constamment de son mieux, alors on jouit pleinement de la vie. On s’amuse, on ne s’ennuie pas, on n’est pas frustré.
Cela implique de vivre l’instant présent et peu de gens en sont capables.

Les trois premiers accords toltèques ne fonctionnent que si nous faisons de notre mieux.
Lorsque nous adoptons ces quatre accords toltèques, la magie arrive dans notre vie.
Ce dont nous avons besoin vient à nous sans peine, car l’esprit se meut librement en nous.
Les maîtres toltèques contrôlent leur vie, ils accèdent à la liberté en effectuant des choix.

Il y a trois maîtrises :

– la maîtrise de l’Attention ; elle consiste à être conscient de qui l’on est vraiment avec toutes ses possibilités,

– la deuxième est la maîtrise de la Transformation ; Comment changer, comment se libérer de la robotisation, comment cesser d’être un mouton.

– La troisième est la maîtrise de l’Intention ; L’intention est la vie elle-même, l’Amour inconditionnel. La maîtrise de l’Intention est donc la maîtrise de l’Amour.

La récompense de vivre ces quatre accords toltèques est de réussir à transcender l’expérience humaine de la souffrance, de faire vivre son moi profond, sa part de divinité.

J’attends vos commentaires avec impatience !!!

Soyez généreux, partagez !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*