Dans quelle prison dorée ou grise vivez-vous ? Il est temps de rallumer votre lumière !

Je vous dis souvent de ne pas vous comparer aux autres, mais pour que vous compreniez mieux ma démarche je trouve important de vous expliquer d’où je viens.

J’ai été couvée par une maman qui, ayant fait une fausse-couche, m’attendait depuis des années. Mon père aussi voulait absolument une fille.

Je vais vous parler plutôt de ma maman et de la prison dorée qu’elle a construite autour de moi.

Prison dorée parce qu’elle devançait tous mes désirs, parce qu’elle ne voulait pas que je me rende compte qu’elle se sacrifiait pour m’offrir le meilleur, que ce soit chaussures, vêtements, éducation, nourriture ; et oui elle m’a même payé un lycée privé pour que je n’aie pas à prendre le bus et faire douze kilomètres pour me rendre au lycée de la ville voisine.

Je l’ai vu faire ses comptes tous les jours sur son petit cahier.

Cette habitude m’a d’abord rendu avare, puis cigale, et a créé des blocages, des croyances limitantes à propos de l’argent.

J’ai vu ses sacrifices sans vraiment m’en sentir coupable ; j’ai vu qu’elle n’allait même pas chez le coiffeur, qu’elle cousait ses robes et portait toujours les mêmes pour ne pas dépenser d’argent.

Bref je l’ai vu se sacrifier !

En réalité, longtemps, je n’ai pas vu ou je n’ai pas compris tout ça.

C’est quand elle est morte que je me suis vraiment rendu compte qu’elle avait vécu toute sa vie comme un sacrifice.

D’abord elle a sacrifié ses études puisque sa mère l’a contrainte à devenir couturière pour avoir de jolies robes pour elle, alors que ma maman voulait devenir secrétaire, et elle en avait largement les capacités intellectuelles !

Ensuite, tombée amoureuse d’un homme riche, ma maman n’a pas pu l’épouser en raison du trop grand décalage financier entre les deux familles ; elle en est devenue cardiaque et a fait une gigantesque dépression qui a duré des années ; et c’est là qu’elle a rencontré mon père…

Encore une trahison supplémentaire puisque mon père incapable de lire et d’écrire demandait à un copain d’écrire des lettres pour ma maman, des lettres d’amour, évidemment, pour la conquérir.

Bref leur union s’est construite sur des mensonges de départ.

Évidemment maman s’est très vite rendu compte qu’elle était mariée à un analphabète et a aussi découvert qu’il ne dictait pas les lettres, mais que c’était son ami qui les imaginait…

Bref, ensuite maman a eu la joie d’avoir un fils, complètement rejeté par mon père qui voulait une fille !

Et ma maman a enduré beaucoup de sacrifices, beaucoup de déceptions, beaucoup de tristesse.

Est-ce que vous vous reconnaissez ? Est-ce que vous reconnaissez des pans de votre vie dans cette histoire ?

Malgré cela, c’était une femme qui aurait voulu entreprendre, qui aurait voulu acheter, déjà une maison.

Mais mon père trop peureux a toujours refusé toutes ses initiatives, alors que ma mère travaillait aussi.

Malgré toutes ses souffrances, plus une maladie cardiaque gravissime qui d’ailleurs l’a fait mourir très jeune, ma mère respirait la joie de vivre, la créativité ; elle était aussi douée de ses mains que de sa tête.

C’était une femme brillante ; une femme sublime, en plus, physiquement : 1 mètre 75, blonde aux yeux bleus, une beauté digne des maisons de mannequinat.

Là encore ce métier de mannequin qu’un couturier lui proposait, elle a dû le refuser à cause de ma grand-mère qui a prétexté que ça pouvait être de la traite des blanches (à l’époque la traite des blanches était en vogue, alors je ne blâmerai pas ma grand-mère sur ce coup-là !).

Bref j’ai compris beaucoup plus tard que ma mère avait baissé complètement sa puissance intérieure, sa lumière intérieure, pour plaire à sa mère et à son mari, plaire à ses enfants, pour rester conforme à ce qu’on attendait d’elle. Elle n’a jamais pu divorcer car ma grand-mère ne cautionnait pas le divorce.

Heureusement elle n’a pas été aigrie de tout son vécu, mais je pense qu’à travers moi elle voulait prendre comme une revanche.

C’est pour ça qu’elle m’a toujours donné beaucoup d’amour, qu’elle m’a toujours encouragée à faire des études, à faire ce que je voulais, à faire ce qu’il me plaisait, à avoir confiance en moi, à me sentir l’égale des autres.

Bref elle m’a armée pour la réussite !

Elle m’a souvent conseillé d’être indépendante financièrement, de créer la vie de mes rêves , même si elle ne le disait pas de cette façon, avec ces mots-là.

Quand ma mère est morte à mes 23 ans, je n’avais pas fini mes études.

Mais je savais que je voulais être chercheure dans un laboratoire de l’Inra.

Forte de son éducation et de tout ce qu’elle n’avait pas pu vivre, j’ai réussi avec brio mon doctorat.

J’ai toujours réussi à gagner de l’argent pour être indépendante financièrement.

Je n’ai jamais dépendu de quelqu’un financièrement parlant, ni autrement d’ailleurs.

Voyez, j’ai respecté ce principe de ma maman.

J’ai aussi toujours choisi mes employeurs, mes métiers.

J’ai toujours tout décidé de ma vie parce que je voulais incarner ma puissance.

Même si je suis tombée amoureuse d’hommes abusifs, dominateurs, je ne leur ai jamais laissé longtemps le pouvoir sur moi.

J’ai la chance d’avoir un instinct de survie très développé qui me protège et une force intérieure qui me pousse au bonheur de vivre.

Quand maman est morte, j’ai vraiment voulu prendre mes responsabilités et ça n’a pas été facile parce que je n’avais aucune notion de la valeur de l’argent, aucune relation au monde réel.

J’avais toujours vécu en tête-à-tête avec ma maman puisque j’étais complètement asociale.

Nouer des relations avec les autres a été une première expérience et l’univers m’a facilité les choses en mettant sur mon chemin des gens qui m’ont tendu la main, qui m’ont proposé leur amitié, qui m’ont proposé des repas de famille le dimanche.

Bref j’ai été épaulée alors que je considérais les autres comme inutiles.

J’ai compris au fil du temps que la meilleure expérience passe par le filtre des relations humaines.

J’ai beaucoup appris des autres et les autres m’ont beaucoup appris sur moi.

Depuis des décennies je fais le tri dans mes relations dès lors je me rends compte qu’elles ne sont pas équilibrées, que les gens ne me respectent pas.

Même quand vous vous respectez profondément, que vous vous aimez profondément, il se peut que sur votre route l’univers vous teste et vous envoie des personnes qui vont tenter d’abuser de vous, mais en moins fort que si vous ne vous aimiez pas de cet amour inconditionnel.

Heureusement, à ce stade, nous les repérons très vite et nous passons notre chemin, les laissant de côté.

L’univers m’a beaucoup défiée en ne me permettant pas d’exercer très longtemps ce métier de chercheure en biologie.

Mais finalement ça a été un cadeau car j’ai dû m’ouvrir encore plus au monde et ne pas rester « rat de laboratoire ».

J’ai toujours voulu le meilleur pour moi et dès qu’un emploi était trop éloigné de mes valeurs, je le quittais, même si je n’avais rien en face.

Je ne me suis jamais sacrifiée pour les autres et je me suis toujours fait passer en premier.

Même si certaines personnes me considéraient comme quelqu’un d’égoïste, j’avais cette foi en moi et cette certitude que, pour donner le meilleur aux autres et au monde, je devais d’abord me donner le meilleur à moi-même.

Ma maman était une grande sage car bien qu’elle se fasse passer en dernier, toujours en dernier, elle avait la capacité de l’amour inconditionnel envers ses enfants, envers ses voisins et tous les habitants de la ville.

J’en veux pour preuve la foule énorme qu’il y avait lors de son enterrement : la basilique de Paray-le-Monial était pleine à craquer et son parvis faisait salle comble.

J’ai longtemps été jalouse des relations qu’elle entretenait avec tous ces gens : elle rendait des services ; elle conseillait ; elle répondait à chaque demande.

Avec le recul, je comprends qu’elle avait cette capacité rare, trop rare, de faire preuve de compassion, d’empathie, d’amour envers son prochain.

J’ai mis beaucoup de temps à ressentir, à vivre cet amour inconditionnel.

Bien sûr j’ai aidé des gens, mais je ne l’ai pas toujours fait pour des raisons vertueuses.

Je ressens cet amour lorsque j’accompagne mes clients.

Maman s’est battue toute sa vie pour ma réussite !

Je me suis battue moi aussi, travaillant 70 heures par semaine pendant des décennies.

Et puis j’ai compris que de lâcher prise, de faire confiance à soi et à l’univers change la vie.

Nous pouvons changer notre état d’esprit, mais ça ne suffit pas : il faut bien passer par les 4 stades  de croissance évoqué dans mes derniers lives pour grandir, nous métamorphoser, pour que la vie soit douce et fluide, pour que l’abondance arrive !

L’ayurveda a contribué à me rendre ma pleine santé. Il est sûr que j’ai toujours beaucoup d’énergie, beaucoup de joie de vivre.

Maman avait semé les graines d’une pleine confiance en moi et en l’univers en me disant que « demain sera meilleur qu’aujourd’hui », et par mes réussites multiples j’ai renforcé ma confiance en moi.

Mes erreurs, mes échecs font le lit de mes succès parce que c’est en nous trompant, en tombant et en nous relevant que nous  grandissons et que nous nous perfectionnons.

J’ai toujours su ce que je voulais, ce que je ne voulais pas et ça m’a énormément aidé à poser des objectifs, à créer ma réalité.

Après la prison dorée que ma maman avait créée autour de moi en me protégeant du monde extérieur (j’étais comme Bouddha, le prince protégé, plutôt la princesse protégée de la triste réalité, des réalités difficiles du monde), je me suis laissé enfermer dans quelques relations amoureuses qui n’étaient pas les plus adaptées pour moi, les plus épanouissantes.

Mais heureusement quelques mois suffisaient pour que je rompe avec ces messieurs.

Je me suis enfermée dans la prison dorée de ma première entreprise en travaillant beaucoup trop, en passant en dernier au plan financier, c’est-à-dire que je payais mes fournisseurs, la banque, etc. au lieu de me payer d’abord !

Très grande leçon de vie que de ne pas manger à ma faim.

Grande leçon pour apprendre à recevoir parce que ma maman m’avait toujours appris à ne pas demander d’aide quand on est dans la mouise.

J’ai toujours compté uniquement sur moi, sans me plaindre, sans demander, et là, au plus bas, ne pouvant même pas me nourrir, des personnes que je connaissais très peu m’ont donné à manger.

C’était très difficile pour moi d’accepter, très émouvant.

J’ai beaucoup pleuré ; j’ai beaucoup évacué toute la tristesse, toute cette colère que j’avais accumulées en moi depuis mon enfance.

L’univers a placé ces personnes sur ma route au moment où j’en avais besoin.

En plus à ce moment-là mes proches n’étaient même pas capables de voir ma décrépitude, mon désarroi,  mon manque d’argent.

Maintenant même dans mes business, je me fais toujours passer en premier : je refuse les clients qui ne me conviennent pas (je sais qu’ils ne seront pas capables de réussir la transformation que je leur propose de faire) ; je prends soin de moi pour me maintenir en santé parfaite, pleine d’énergie, de vie, de joie, d’enthousiasme.

Ainsi je peux servir au mieux mes clients dans un respect profond mutuel et une envie de les rendre à leur tour inarrêtables, confiants, autonomes, fiers d’eux !

Il paraît que nous sommes la synthèse des 5 personnes que nous côtoyons le plus, d’où l’intérêt de s’entourer de personnes qui ont les mêmes valeurs que nous, qui sont peut-être plus loin sur le chemin, plus avancés spirituellement, plus avancés financièrement, plus avancés amoureusement, pour qu’ils nous guident sur ce chemin et que nous évoluions positivement, que nous évoluions vers plus de tout, plus de paix, plus de joie, plus d’abondance, plus d’argent, plus d’amour, plus de gratitude, plus de spiritualité.

Si vous travaillez trop, que ce soit pour un patron que ce soit pour vous, ce n’est pas normal !

Il y a d’autres manières de faire ; il y a d’autres manières de voir les choses ; il y a des façons de travailler plus productives, plus efficaces, moins consommatrices de votre temps, de votre énergie, de votre argent et plus rentables, plus épanouissantes !

J’ai cette faculté de voir tout de suite là où ça bloque, ce que vous faites de travers, quelque part.

Alors n’hésitez pas à me solliciter pour un rendez-vous, pour que je voie si je peux vous aider, vous accompagner ou pas.

La vie est liberté, responsabilité ; et si elle n’est pas fluide pour vous, simple, facile, douce, c’est que vous vous y prenez mal !

J’ai pour objectif d’aider le plus de personnes possibles (dans une certaine limite pour conserver ma pertinence et ma puissance d’accompagnement) à être responsable, à créer leur réalité, atteindre leurs objectifs, et surtout attirer l’abondance !

Si vous êtes malade, que vous vivez dans la souffrance, la douleur que soit au plan physique ou mental, je peux vous aider à ce que votre corps physique, vos pensées, vos émotions, votre spiritualité fonctionnent en harmonie de façon à vous élever, à guérir, à vous épanouir.

Je vous aide à vous évader de vos prisons et à les reconnaître de loin pour ne plus jamais être prisonnier !

J’ai longtemps, comme ma mère baisser ma lumière intérieure pour l’empêcher d’éblouir les personnes que je côtoyais !

Grave erreur ! Si vos proches ne supportent pas votre lumière, ce n’est pas à vous de vous adapter.

C’est connecté(e) à votre puissance intérieure, c’est en illuminant le monde que vous trouvez votre place, que vous contribuez !

Merci à mon ami de jeunesse Philippe Presle qui un jour que nous pédalions ensemble sur le chemin du collège m’a fait prendre conscience de ma lumière intérieure.

Philippe : « Tu sais Elisabeth, tu es une lumière » : il faisait référence à mes résultats scolaires brillants.

Moi : « Toi aussi Philippe, tu es une lumière ».

Philippe : « Oui mais toi, tu es une lumière allumée ».

A cette époque pourtant j’avais déjà considérablement baissé l’intensité de ma puissance intérieure et j’ignorais que des décennies seraient nécessaires pour que j’ose à nouveau la rayonner, l’offrir au monde, à mes contemporains !

Je peux vous aider à sortir plus vite de situations qui vous bloquent et à vous reconnecter à votre puissance intérieure : écrivez-moi pour solliciter un RDV ou réservez un RDV ICI !

 

 

Voici l’audio mp3 de cette vidéo :

Soyez le premier à commenter sur "Dans quelle prison dorée ou grise vivez-vous ? Il est temps de rallumer votre lumière !"

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.